Création d'un domaine en Bio Biodynamie dans le Muscadet

Passionné par les vignes et le vin, je créé mon propre domaine dans le 44 et j'ai besoin de votre aide pour financer mes premières cuvées !

par Rémi THEBAULT

SIREN: 917643850

Le Loroux-Bottereau, France
J-20
Don avec contrepartie
1 685 € collectés
Objectif de 6 500 €
25 %

Votre contribution vous sera intégralement remboursée si le projet n'atteint pas 60% de son objectif.


Partager ce projet

Présentation du projet

Pour faire simple : 
Ne jamais abandonner ses convictions et s’enrichir de toutes les rencontres : voilà ce qui me porte depuis des années. La vigne, je l’ai découverte, apprise, aimée grâce à des personnes qui m’ont transmis leur savoir et leur passion. 
 

Aujourd’hui, je me lance seul, fort de toute cette expérience. Je reste et resterai en dehors des sentiers battus, en privilégiant les relations humaines à un business "sans foi ni loi". Je crois en la force du collectif : mon vin, que j’espère vous aimerez, en sera le symbole. Merci pour votre aide. Cela servira à m’installer, acheter du matériel… 

Mon vin sera aussi le vôtre, j’y mettrai tout mon cœur.

Les prochaines lignes prennent quelque temps de lecture si vous le souhaitez, elles relatent mes expériences et l'évolution personnelle pour arriver à ce projet, cela ne vous prendra que quelques minutes.

 

Comment tout a commencé ?


Après des études en agronomie, je me suis orienté vers la recherche et développement en agriculture. Produits phytopharmaceutiques, bio/conventionnel, semences en tout genre ; 3 années durant, j’ai épandu, semé, compté, analysé pour le compte de différentes entreprises de la Big Pharma. Professionnellement parlant, j’ai vécu des expériences riches, mais sur le plan éthique, j’ai vite compris que j’étais à l’exact opposé de mes aspirations et de mes convictions. Au moment de signer le fameux CDI tant espéré, ma main s’arrête et comme un électrochoc je comprends que cette voie n’est pas la mienne. C’est une véritable révélation et je décide de partir sur la route, comprendre ce que je souhaite réellement et m’émanciper de la pensée classique.


Sur la route ...


Une vie en camion, de la Corse au Pays Basque, de la Dordogne à la Loire- Atlantique, pendant deux ans j’enchaîne les expériences agricoles sur différentes exploitations aux quatre coins de la France. En 2017, mon chemin croise celui des vignerons lotois à l’occasion des vendanges : Fabien Jouves, Maya Sallée et Nicolas Fernandez. Des artisans incroyables qui seront pour moi une véritable source d’inspiration. 

Pendant trois ans, je navigue entre leurs différents domaines viticoles, tout en continuant les emplois saisonniers. Le travail de la vigne m’apaise, me recentre sur moi -même et m’incite à m’ancrer sur un territoire. Je m’imprègne de ce terroir et me surprends à éprouver quelque chose de fort pour ces vignes. Je crois bien que je les aime. La passion de ces vignerons me fascine. De la taille à l’ébourgeonnage, en passant par le relevage, tout est réfléchi pour sortir le meilleur de ce que le raisin a à nous offrir.

La découverte de la biodynamie et du vin nature ! 

 

Petit à petit, je commence à comprendre les tenants et les aboutissants de chaque tâche et découvre les subtilités de la biodynamie. Accompagner au mieux la vigne et les Hommes dans la réalisation de produits de qualité, voilà une conception qui me paraissait noble et bien sentie du travail agricole. Progressivement, ces pratiques s’appliquent à moi comme une philosophie de vie : être bien pour soi-même, pour être bien dans ses vignes.

En 2020, je décide de changer de vignoble afin de me rapprocher de ma Bretagne natale. Direction le Maine-et-Loire et la Loire-Atlantique ! Je découvre alors d’autres pratiques, d’autres vignerons et m’intéresse de plus en plus aux méthodes de vinification « nature ». Chaque vigneron possède sa propre approche et sa touche personnelle. La rencontre avec Clément Barault, vigneron et œnologue, me fait réaliser que sans bagage scientifique, il me manquera toujours des éléments pour bien comprendre le processus de vinification.


Aussi, sur l’année 2020/2021, j’entame une formation en viticulture à Chalonnes-sur-Loire tout en travaillant en alternance chez Vincent Caillé, vigneron installé dans la région du Muscadet. Ce fut une année éprouvante. La nature ne nous gâte pas. Une semaine de lutte intensive contre le gel, se lever la nuit, allumer les bougies, espérer puis finalement accepter. Nous aurons 80% de perte. Mais il faut avancer, continuer. La nature n’attend pas et toujours elle reprend ses droits.

C’est à ce moment que je comprends la résilience nécessaire du métier et réalise à quel point les gens de la terre sont vulnérables face à la nature. Combien nos structures peuvent être en difficulté, tant sur le plan moral que physique et financier. Pour autant on avance, on ne lâche rien. On reprend sa bonne humeur et on fait ce qu’on a à faire, en bons stoïciens. Qu’est-ce qu’on y peut de toute façon ?

 

Ma première vinification 

Ma première cuvée est née : « Quand je serai grand.e » 

 

Cette même année, Vincent a eu la gentillesse de me proposer une première vinification en mon nom au sein de sa structure. Ni une ni deux, je saute sur l’occasion et récupère un demi-hectare proche de ses parcelles. J’y teste mes premières idées et prends le temps de réfléchir à mes futurs processus de vinification, ce que j’ai en main, ce que je peux faire et ce qui sera une contrainte. Mathilde Magne, anciennement maître de chai m’assistera et me conseillera tout au long de cette première expérience.

 

 

 

 

 

En parallèle de tout ça, je récupère une magnifique jument de trait bretonne : Tann vient d’entrer dans ma vie. Il s’agit désormais de se former à la traction animale et à l’entretien d’une telle bête et découvrir tout ce qu’il y a de bénéfique dans cette pratique. Pour mon bien-être en tant qu’agriculteur, un travail plus minutieux pour les vignes et pour les sols, des tassements minimisés.

 

 

Une opportunité unique dans un contexte compliqué ! 


Je suis déterminé à m’installer, mais malgré le très grand nombre de vignes potentiellement récupérables, trouver un chai pour vinifier s’avère être un véritable parcours du combattant. La pression foncière est telle que la plupart des caves adaptées à mon projet sont viabilisées en « constructible » et je ne peux me permettre de louer dans ces conditions. Encore moins d’acheter.


Nicolas Bertho qui a rencontré le même problème, me propose au cours de l’année une installation sur 2,8 hectares au Loroux-Bottereau sur orthogneiss avec une cave à 3 minutes des vignes. Incroyable ! Je ne peux décemment pas refuser une telle opportunité et décide de m’y installer pour les vendanges de 2022. Nous serons deux vignerons indépendants sur un même lieu, mutualisant ainsi et l’espace et le matériel agricole. Pas commun et plutôt « novateur » comme projet ! 

Nous pensons sincèrement que cette astuce est une solution d’avenir pour les jeunes vignerons en quête de chai qui éprouvent des difficultés à mener à bien leur entreprise.



Comment nous comptons travailler ?

 

Dans un premier temps, il s’agira de mettre en place le domaine et réhabiliter les vignes en conversion bio. Deux ans seront nécessaires pour finaliser le processus de conversion. En terme de méthode de travail, j’utiliserai une taille Poussard, dans le respect des flux de sève avec une charge de raisin potentiel adapté au pied. Si possible, je compte mettre en place des engrais verts, un désherbage sur le rang au disque cover crop et du binage et un désherbage de l’inter-rang avec disque émotteur/disque bineur et lame intercep pendant l’été pour les parcelles qui seront faites au tracteur. Pour les parcelles travaillées au cheval, un autre itinéraire sera déterminé, plus classique.

La vigne sera traitée au cuivre et au soufre, dans des quantités raisonnées à hauteur de végétation et à la pression potentielle des maladies. D’autre part, la croissance de la vigne sera soutenue par des décoctions de tisanes et des préparations biodynamiques pour accompagner la plante lors des aléas climatiques et les phases importantes de l’élaboration des futurs rendements. La vigne sera rognée le plus tard possible, à la cisaille (stade petit pois, quand les fleurs ont déjà été fécondées et que les premiers grains apparaissent) au maximum deux fois dans l’année. Les vendanges seront faites manuellement dans la bonne humeur, avec un tri sérieux pour obtenir une récolte qui soit la plus saine possible. 

Dans la vinification, ma logique est d’utiliser le moins d’intrant possible. Une partie du processus sera inherté. Les fermentations se feront en levures indigènes et suivront leur cours naturel. Elles tendront au maximum à respecter l’élaboration naturelle du vin, mais je me permettrais de corriger au cas où il y aurait déviance (mauvaise bactérie qui dégrade la qualité du vin). Un léger sulfitage si aucune autre solution n’est possible ne pourrait être écarté. Dans la mesure du possible, ils ne seront ni filtrés ni collés. 

La vente des bouteilles de vin sera basée sur 3 systèmes de vente, une partie locale dans des épiceries et SCOOP de proximité, une partie sur de l’événementiel de type festival d’art de rue et une partie chez des cavistes et restaurateurs orientés bio/nature (dans l’idée de minimiser au maximum les exportations à l’étranger). Ces trois cibles sont pour moi complémentaires, permettre aux locaux ainsi qu’aux personnes à faible revenu d’avoir accès à un vin de qualité et permettre au futur domaine de sortir son épingle du jeu en se plaçant chez les restaurateurs renommés qui étofferont la réputation du domaine viticole et de ses vins. 

A quoi va servir la collecte ?

Vous vous en doutez, un tel projet nécessite un investissement considérable et les règles sont ainsi faites que pour les jeunes viticulteurs qui souhaitent s’installer et proposer une approche différente, la tâche est ardue. Lorsqu’on n'a pas de patrimoine et qu’on n’hérite pas d’un domaine, l’accès à l’installation est extrêmement complexe et onéreux.

Si ce projet vous plaît et que vous souhaitez le soutenir, nous lançons une campagne de financement participatif, pour que ce domaine puisse voir le jour et s’épanouisse grâce à un coup de pouce de la communauté. Appel aux copains, aux passionnés, aux proches, aux assoiffés de bon vin, on a besoin de vous ! Vous serez bien évidemment récompensés en nectar divin pour les plus généreux et une visite et dégustation pour tous les autres. Je transmettrai les dates dans l’année quand ce sera plus posé au chai.

Pour mener à bien ce projet, je fais appel à votre générosité pour  :

Un premier palier de 6 500 € :
 - 3 500 € de trésorerie pour la vigne.
- 3 000 € de mise en bouteille des cuvées de vin Expressions libres et Rien sans les autres.

Un deuxième palier de 14 000 € :
- 7 500 € pour un tracteur enjambeur et quelques matériels de viticulture en autofinancement.

et un dernier palier de 20 000 € :
- 6 000 €  de matériel de travail du sol et désherbage des vignes.

Je remercie d'avance toutes les personnes, familles/ami.es/connaissances et inconnu.es. Sans cet élan, ce projet pourrait difficilement voir le jour, car tout est à construire, encore mille fois mercis !

J-20
Don avec contrepartie
1 685 € collectés
Objectif de 6 500 €
25 %

Votre contribution vous sera intégralement remboursée si le projet n'atteint pas 60% de son objectif.


Origine des contributions :

100% particuliers | 0% professionnels

Contreparties

Pour 10 € ou plus

Un grand merci !

Il n'y pas de petite victoire, pas de petit geste !

Seul, on va plus vite ; ensemble, on va plus loin !



Sélectionner

Pour 20 € ou plus

Parrainage d'un joli cep de vigne

Une jolie étiquette durable sur ton ou tes ceps de vignes.

En plus, ça créera une belle ambiance avec tous vos noms pendant les longues journées de taille l'hiver et ça, c'est chouette !



Sélectionner

Pour 30 € ou plus

Viens visiter la cave et partager un moment vigneron !

Par session groupée, je vous inviterai sur des temps forts de la saison pour voir les vignes et les bâtiments. Je vous expliquerai notre travail et ce qui se passe dans la vigne sur ce moment de la saison !

4 Temps fort prévu pendant l'année
(Février , Avril/Mai , Juin/Juillet)

Ce sera le moment de se rencontrer ou se retrouver et de venir participer à une fresque des copains !



Sélectionner

Pour 50 € ou plus

Une dégustation à la cave et un cadeau !

Par session groupée, je vous inviterai sur des temps forts de la saison pour voir les vignes et les bâtiments. Je vous expliquerai notre travail et ce qui se passe dans la vigne sur ce moment de la saison !

4 Temps fort prévu pendant l'année
(Février , Avril/Mai , Juin/Juillet)

Ce sera le moment de se rencontrer ou se retrouver et de venir participer à une fresque des copains !

Vous repartirez en plus avec 3 superbes bouteilles !



Sélectionner

Pour 60 € ou plus

Pré commande cuvée 2022

Il y a 400 bouteilles en pré-commande, la date d'embouteillage n'est pas fixée.


La cuvée 2022 Quand je serai grand.e en vin blanc sec, 100% melon de B en vinification intégrale en barriques.

Deux petites nouveautés :
La cuvée Expressions libre 2022 en rosé, Cabernet franc et Melon de B., en préfermentation à froid et fermentation pelliculaire avant pressurage du rosé !

Un autre vin blanc en demi sec cette fois-ci, dont la nature m'a fait cadeau, nommé Rien sans les autres, petit clin d'oeil aux saisonniers, agriculteurs, vignerons et contributeurs qui m'ont aidé à ce projet.

10€ TTC x 6 bouteilles


Disponibilité : Février 2023
Livraison : Locale Possibilité de livraison dans l'Ouest sinon livraison avec transporteur
Quantité restante : 396

Sélectionner

Pour 200 € ou plus

Découverte des vendanges et soirée haute en couleurs !

Tu repartiras avec un joli carton de 6 bouteilles avec les bouteilles de ton choix !

Et en plus ! Une invitation à passer un weekend pour la fin des vendanges avec nous au domaine ! Petite journée de vendange et dégustation des vins nouveaux à la cave !

(Hébergement et nourriture inclus pour 2 personnes).



Sélectionner